5000 !!

Aujourd’hui, le nombre de visites sur mon blog a passé les 5000, après deux mois de diverses publications sur mes aventures et bouffonneries outre-atlantique… Ça me fait énormément plaisir d’être autant suivi, et ça m’encourage à continuer. En plus je m’y amuse bien ! Alors encore une fois, merci à vous tous !!! En cadeau, un petit florilège de bouilles…

Oui, j’ai les cheveux longs… enfin ça pousse quoi ! ;o)

J’aurais pu/dû en faire plus, mais le mercredi est une bien trop longue journée pour moi. Particulièrement, ce mercredi ! Pourquoi ? …

La suite au prochain épisode ;o)

Choses promises : nouvelles du mardi !

Pour commencer voici quelques photos prises pendant le weekend :

Une rue non loin de chez moi.

La même rue, mais vue de l’autre côté.

Gaufres et crêpes party chez Alexandra, featuring Ronan et Dorian (et plein d’autres gens sympas de mon école, mais ils attendaient toutes ces gourmandises à table).

Olivia et moi en cours de « musique clown » : le brass band des clowns !!

Mardi 23 octobre 2012 : ce matin je me réveille, difficilement. Après une nuit courte faite de rêves alambiqués, d’évasions sporadiques du sommeil et autres « j’ai chaud, j’ai froid, j’ai chaud, mes draps me gênent, mon bras aussi… », mon réveil matin a bien du sonner 15 fois avant de me sortir du lit. Là, comble de la frustration, voulant certainement compenser ma nuit éparse, je mange involontairement trop de céréales… C’est donc l’estomac un peu groggy que je prend la route de l’école. Heureusement il fait beau. Les couleurs de l’automne brillent, tant au dessus de ma tête que sous mes pas. Finalement la journée ne commence pas si mal.

Arrivé à l’école, je commence par un cours de danse classique suivi d’une heure de préparation physique. Une matinée en souplesse et légèreté, qui se termine en force brute. Finalement, j’ai  bien fait de manger beaucoup car arrivé à la pause déjeuner, je n’ai déjà plus d’énergie !

Après mangé et des échanges très intéressants avec la bibliothécaire  sur des artistes performers plasticiens, dont un à qui je lui ai fait pensé et donc, dont elle a acheté le livre , j’ai repris par un cours de « mouvement ». J’adore vraiment ce cours, tout dans l’écoute du corps, des autres, la recherche de nouveaux langages corporels… Un régal et une détente incroyable, même si très physique (aujourd’hui on a commencé les portés).  S’en est suivi un cours de clown un peu difficile, car la fatigue commençait à se faire sentir. D’ailleurs, l’heure d’après a été le visionnage d’un film, à qui j’ai offert quelques rattrapages de ma nuit passée.

Pour finir la journée en fanfare, tous les clowns se sont retrouvés pour le cours hebdomadaire de musique ! Je n’ai qu’une seule chose à dire « I like to clown it » ;o)

J’ai encore du rattrapage, alors je vous laisse sur ces quelques lignes, direction dodo…

 

 

Lundi, aujourd’hui je n’ai pas trouvé de blague avec « lundi »…

… mais comme mon prof de clown le dit (Yves Dagenais), il faut assumer le vide alors j’assume mon manque d’inspiration sur le lundi en le disant. Je ne sais pas pourquoi j’aime bien écrire le lundi. En fait je ne sais même pas si j’aime ça, où si c’est juste une coïncidence contextuelle due à un rassemblement d’éléments favorables, qui donc, favorisent que j’écrive essentiellement les lundis. Autant dire que la phrase précédente manque de sens, surtout si j’écrivais les mardis ! Non non, je ne suis toujours pas inspiré, je meuble ! Pour continuer, je pourrais aller dans la facilité et parler de pluie et de beau temps… Mais, ici c’est l’automne. Nous sommes donc dans une sorte d’entre deux qui ne permet pas d’en parler, parce qu’aussitôt qu’on parle de l’un, l’autre se pointe ! (et là, attention, la transition de fou) J’en ai donc profité, entre deux pluies, pour prendre quelques photos à proximité de chez moi…
[…]
[???]
Houla… Petit inconvénient d’écrire en direct, excusez-moi, mais les photos ne veulent pas se charger… Du coup, je ne peux pas vous parler de ce dont je voulais vous parler, car, je ne pourrais pas l’illustrer. Et à force de lire sans stimulations picturales, vous allez vous fatiguer, peut-être même vous endormir et louper un rendez-vous important. Un rendez-vous galant ou un rendez-vous professionnel, mais un rendez-vous qui pourrait avoir un tournant considérable dans le cour de votre vie actuelle. Qui soit dit en passant, n’est pas si mal, mais pourrait peut-être être mieux ! Mieux si justement ce rendez-vous n’est pas manqué, et si donc vous avez au préalable stoppé la lecture de ce blog, qui convenons en, n’a vraiment ni queue ni tête. Mais comme vous êtes curieux, et vous pouvez en être fier, vous avez envie d’aller jusqu’au bout de la lecture dans l’attente d’un twist final vertigineux, qui aurait l’effet sur vous, d’un broching (ou browshing, broshing, …) digne de celui de Catherine Deneuve dans « Potiche »…
Ah que dure est l’attente quand elle est incertaine… [philosophie involontaire] Quel suspense ! Tout ça partait de pas grand chose quand on y repense. Encore une fois, des éléments qui se rejoignent comme des dominos qui tombent. Il a suffit d’un manque d’inspiration, d’un bug informatique, d’une absurde inquiétude, et vous voilà à hésiter entre réussir votre vie et la coupe de cheveux de Catherine Deneuve…
Vertigineux, non ?
Tant pis, j’écrirais le mardi… ;o)

Après le silence radio, arrive le bruit !

Et le bruit c’est quelques nouvelles, que j’approfondirais certainement durant le weekend.

Après ma semaine d’évaluation, et même pendant, j’ai chopé la crève, ce qui ne m’a pas forcément aidé à être bien en forme… J’ai quand même tenu jusqu’au bout, ou presque, en loupant le dernier après-midi. Suite à ça, le repos tant attendu et qui s’imposait de lui même est arrivé : c’était la semaine de relâche ! Une semaine à siester, penser à autre chose, bouquiner…

Mais depuis lundi, les choses sérieuses ont reprise : les cours avec les résultats des évaluations… Et bien à part en équilibre où je suis juste passable (environ 60/100), j’ai globalement de bons résultats, et même de très bons, notamment en clown et en jeu !! Mon prof de jeu m’a bien flatté en comparant mon style à celui d’Albert Dupontel… ;o)

Pour le clown, j’ai été félicité, notamment pour ma maturité, ma sensibilité, ma précision et mon écoute !

Pour plus d’infos sur le travail d’Hanicka, cliquez sur l’image ;o)

J’en profite pour remercier encore Hanicka Andres qui m’a tant apportée dans l’apprentissage du clown et à qui je dois grandement ma présence ici ! Elle est vraiment doté d’une sensibilité hors du commun et m’a idéalement accompagné dans le début de mon apprentissage clownesque. Merci Hanicka ;o)

Il me reste encore quelques résultats à avoir, mais je suis vraiment satisfait et quand même assez surpris ! Je voudrais donc également remercier tous ceux qui m’ont soutenus, ceux qui le font encore, et ceux qui m’ont envoyés des cartes postales, messages et autres dessins ! Même si je suis loin, je pense souvent bien fort à vous tous !

Il est temps pour moi de couper mon ordinateur et d’aller un peu me reposer pour bien finir la semaine. Prenez bien soin de vos tulipes ;o)

Bonus : exposé oral en français sur l’uchronie…

Hier, mercredi, je me suis permis un petit délire littéraire pour introduire mon sujet d’exposé oral qu’était l’uchronie.

Mais qu’est-ce que l’Uchronie :

L’uchronie prend comme point de départ une situation historique existante et en modifie l’issue pour ensuite imaginer les différentes conséquences possibles dans le présent. L’exemple le plus connu est : que se serait-il passé si les allemands avaient gagné la seconde guerre mondiale ? (cf. Philip K.Dick, Le maître du Haut Château).

Voici donc l’introduction que j’ai écrite la veille au soir, d’un trait. Sorte de nouvelle dans laquelle j’introduis une uchronie… Have fun :

« L’histoire commence un printemps de l’année 1976, lorsque François Barbier et Ginette Michon se déclarent leur flamme et se promettent un amour éternel sous un pommier bicentenaire. Mais ce n’est sans compter sur la frivolité de Ginette, qui deux ans plus tard rencontrera un certain Yves Lambert et commencera à cajoler secrètement avec ce dernier. C’est alors qu’un événement marquant de notre histoire viendra bouleverser le cours de celle-ci. En effet, François Barbier rentré plus tôt du travail, ce mercredi 13 septembre 1978, aurait dû être témoin de l’adultère. Mais suite à une série de circonstances suspectes défiant le destin dans toute son absence de logique, il arrivera quelques secondes trop tard. Secondes qui iront au bénéfice ou non, dudit Yves Lambert, et de sa chute du deuxième étage de  la maison suite à laquelle sa définitive mollesse à l’encontre de tout érotisme, mettra fin à la relation secrète avec la gourmande Ginette. François alors non conscient d’être cocu et toujours aussi épris de sa Ginette, cèlera au nom de son amour pour la belle un coffre en cristal contenant la plus belle déclaration d’amour qui soit, celle de leurs premiers mots.

Quelques années plus tard une ligne de TGV passera non loin de là où le coffre a été enterré.

C’est en 2012 qu’arrivera le deuxième événement qui n’aurait pas du arriver. Un animal de race indescriptible suite au passage d’un TGV, aurait été attiré par le scintillement du coffret que le temps aurait fini par déterrer. Non épargné par son étourderie sur une voie de chemin de fer, l’incident provoquera une réaction en chaine de retards en cascades, qui ne peuvent avoir lieu qu’avec la SNCF.

Notre histoire est celle, où suite à un incident du passé qui a changé le cours du temps, j’ai loupé mon train le 12 janvier dernier pour me rendre aux sélections de l’école nationale de cirque de Montréal. L’histoire où dans votre présent, je n’existe pas. »

La fatigue se fait sentir !!

Une bonne partie de la team du workshop clown (mais il en manque) avec Michel Courtemanche !! ;o)

Klown Kabarett au cabaret du Lion d’Or !!

Après un workshop clown d’une semaine et demi avec des gens formidables, tout un tas de rencontres et de passages par la case cirque du Soleil, et une fin en apothéose dans un jolie cabaret avec un public de folie,  il est temps de reprendre les cours habituels pour… la semaine d’évaluation de mi-session !!

Autant vous dire que faire des exercices d’équilibre qu’on a pas fait depuis un moment avec une prof russe plus qu’exigeante (pardon pour le pléonasme), et bien c’est pas de la tarte et j’ai bien raté mon éval… Celle-ci n’était pas  vraiment normative (pas de note) et le retard dû aux cours ratés sera prit en compte. Heureusement que la flex et là !! Et oui, j’ai eu droit a des remarques de surprise de ma prof de souplesse quant à ma progression. Hé hé !!!

Au niveau du clown, les profs sont très satisfaits de mon travail. Je n’ai qu’une envie continuer, et j’aimerais même avoir plus d’heure !! ;o)

Mais avec tout ça la fatigue arrive et je commence à me sentir un peu fiévreux… Heureusement nous allons avoir un peu de relâche !

Louis-François et moi-même.

J’ai aussi eu la chance le weekend dernier de monter à Québec (la ville) pour y retrouver un ami, Louis François, rencontré sur un stage de Théâtre avec Entr’Actes (Hanicka Andres). C’était un weekend très touchant où j’ai vraiment été accueilli chaleureusement !! J’ai aussi eu la chance de ne pas faire de tourisme (à cause de la pluie, et même un peu de neige, si si…) ce qui nous a permis de nous rendre dans des endroits typiques, rustiques, vraiment au cœur et à la rencontre de québécois attachants, dans un mode très « vivre chez l’habitant ». Encore merci à toi Louis François !!

Allez, maintenant je vais me reposer un peu. A plus les p’tits clowns !! ;o)