C’est l’histoire de quelqu’un qui marche.

Il est essoufflé car il vient de courir. Le temps est lourd. Des gouttes de sueurs perlent sur tout son corps. Il marche à présent à la recherche d’une brise légère et fraiche. Il comprend maintenant que tout ne se fait pas en courant. Varier les rythmes, s’ajuster, suivre la masse mais de loin, pour toujours pouvoir s’en extraire, l’observer. Ne pas être un corps solide qui ne peut céder qu’en craquant, apprendre à s’abîmer. Ils sont tous abimés à leur façon. Certains, s’en sortent, d’autres le font payer aux autres. Il y a ceux qui laissent leur abîme dans leur jardin, d’autres qui nous invitent à y entrer. Juste passer son chemin. En marchant, on attire moins l’attention. En boitant, on se fait moins mal quand on tombe.

Babel, à Montréal Complètement Cirque (avec les copains)

Babel, à Montréal Complètement Cirque (avec les copains)

Sur le pont Jacques Cartier ohé ohé !

Sur le pont Jacques Cartier ohé ohé !

Coup de soleil !!?! ;o)

Coup de soleil !!?! ;o)

Claudia et Juan, devant le Monstre (tout en bois)

Claudia et Juan, devant le Monstre (tout en bois)

Queue de Castor, MIAM !!! =P

Queue de Castor, MIAM !!! =P

Il est dans un monde qui tourne. Les gens courent pour rattraper cette rotation. Ils courent en faisant semblant de marcher. Observez cette démarche ridicule, comme celle qu’on observe chez ces coureurs de marche rapide. Lui profite du suspend fournit par l’été. Il en fait des choses : rencontrer du monde, vivre de festivités, manger bien, sauter dans des cascades à plus de 10 mètres, voir des jeunes plein de talent, espérer, aller voir un concert avec des amis, manger des sushis à l’ombre des arbres d’un magnifique parc, voyager, être un cowboy, être un bandit, s’évader, faire s’évader, plonger dans une piscine publique fermée au lever du soleil, boire une bouteille de rosé en expliquant les méfaits de la boisson avec une casquette de sécurité, jouer avec lui, jouer avec eux, jouer avec elle, recevoir des souvenirs, montrer des images, faire du vélo, partager des repas, cuisiner, rater, recommencer, inviter des amis pour sa fête, trop manger de sucre, trop manger tout court, voir ses amis performer, aller au cinéma, aller dans un parc d’attraction avec des manèges qui font crier dès la première courbe, penser à elle, penser à eux, réfléchir, apprendre une nouvelle langue, réapprendre des choses qu’on pensait perdues, ré-apprivoiser un texte, renouer avec un personnage, siester dans un hamac, faire le clown, tomber, créer des sourires, se bruler avec une corde, s’emmêler dans un tissu, monopoliser la scène, chanter en playback, monter un cheval de bois, se faire piquer par un homme cactus, jouer à l’indien le jour, jouer à l’indien la nuit, redécouvrir les étoiles, redécouvrir l’infini de l’imaginaire en cherchant à décrire les nuages, écouter de la musique québécoise, craguer dans une chaise, penser à sa famille et avoir envie de tout leur montrer, être sur le tournage du prochain X-Men, petit-déjeuner dans des places à déjeuner, jouer avec l’ivresse, manger une pseudo poutine un lendemain de veille, dire au revoir à des amis en pensant à bientôt, faire de l’escalade, faire des lessives, voir le jour se lever, se coucher trop tard ou pas assez tôt, rire à cause d’une palette et ne plus pouvoir s’arrêter, apprivoiser de nouveaux espaces, avoir une belle chambre, récolter des échantillons de produits pharmaceutiques et les voir petit à petit s’entasser par millier dans sa chambre, se faire coller sur des pastilles de crème nivéa, avoir du fun, imiter les québécois, penser en québécois, être accueilli comme des rois chez une famille d’américains dans une maison avec grange rénovée immense au milieu des bois, visiter un camps de vacances comme dans les films américains, faire du main à main, se fixer des objectifs, en atteindre certains plus rapidement que prévu, récupérer un téléphone portable et le maudire car son T9 connait les expressions québécoises mais pas des  mots simples tel que «cirque», faire du couchsurfing, faire du camping, se peindre tout en rouge pour faire un coucou à la famille, grogner devant un snack de queues de castor, manger une queue de castor, passer sur des ponts, repasser sur les mêmes ponts souvent, avoir mal au cœur, voir des feux d’artifices, se dire qu’on est pas si mal, oublier un peu, attendre que la pluie cesse, interrompre un spectacle au début d’une tempête, profiter de chaque chose petite ou grande, lire et relire et relire encore Le combat ordinaire et pleurer à chaque fois, se dire que c’est ça, prendre du plaisir à être avec  de nouveaux amis, skyper avec sa famille, découvrir de nouveaux clowns, petit-déjeuner à l’hôtel, souper entre colocs, se faire dire « Hey tu connais tout le monde », rêver, essayer de se rattraper, lire du Albert Camus, écouter des films, penser «Hey c’est pas des chips» en regardant son coloc manger ses macarons, marcher tout simplement en pensant non pas à ailleurs mais à ici et maintenant, et caetera…

Plouf (les photos des sauts à venir)

Plouf (les photos des sauts à venir)

L'affiche que l'on dédicace pour les enfants au fabuleux cirque Jean Coutu !

L’affiche que l’on dédicace pour les enfants au fabuleux cirque Jean Coutu !

Petite pause «à la française» entre deux spectacles ;o)

Petite pause «à la française» entre deux spectacles ;o)

Juan et moi, 2 frères !

Juan et moi, 2 frères !

Brulure de corde !

Brulure de corde !

Presque comme spidey !! ;o)

Presque comme spidey !! ;o)

Il marche jusqu’à la prochaine course car il a le temps. Il attend toujours, tout en continuant d’avancer, lentement mais surement !

À bientôt sur la route !! ;o)

À bientôt sur la route !! ;o)

Publicités

5 réflexions sur “C’est l’histoire de quelqu’un qui marche.

  1. Merci beaucoup pour faire de cet été un été spécial, c´est fatigant de faire 15 spectacles dans 5 jours, mais mes enfants ont été présents dans 10 d’eux et toujours ils voulaient recommencer à voir l’autre. Un travail excellent!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s