1346km de sueur

1346, c’est le nombre qu’indique mon compteur ce soir après ces 11 jours de vélos. Et sur ces 11 jours, aujourd’hui a finalement été une journée un peu plus fraiche que les autres…

OLYMPUS DIGITAL CAMERAMercredi 21 juin, je quitte le nid douillet offert par le papa d’Antonin pour une journée de plus à travers la Suisse. L’objectif du jour est de me rapprocher de Zurich pour aller rejoindre des amis de cirque (encore) qui sont en répétition avec le cirque Monti. Alors comme d’habitude depuis quelques temps, je roule. Je pédale un coup à la fois. Pousser, tirer, ce genre de choses et je file à vive allure sous ce soleil qui est ma seule constance depuis le départ. Je finis de contourner le lac de Neuchâtel, je passe par le sud du lac de Bienne, je visite rapidement Solothurn le temps d’une viennoiserie. Je trace mon chemin. Mes seuls arrêts sont pour remplir mes gourdes… Ils sont nombreux ! Je dois boire entre 6 à 8 litres d’eau par jour. Je me demande combien j’en perds.

L’astre solaire passe sa journée à me tourner autour. Il s’assure que je n’ai jamais froid et que je tire une belle ligne d’eau derrière moi.

Aujourd’hui est une journée poussiéreuse. L’itinéraire me fait passer par plein de chemins de petits graviers. Mes jambes sont blanches tout comme mon vélo. Une fois la journée bien avancée, je rêve de la pluie et de ses bienfaits ; une petite douche fraiche pour mon vélo et moi. Mais ce n’est pas encore pour aujourd’hui.

Après 8h15 à pédaler et 146km de sueur tracée, j’arrive finalement à Wohlen. La solitude quotidienne se voit remplacée par les retrouvailles. Je suis heureux tout simplement.

Jeudi 22 juin, revoir toutes ces têtes m’a fait du bien. Je regrette de ne pas rester plus, mais il faut avancer.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Sans le savoir j’attaque une des journées les plus difficiles du parcours… Ça commence bien, pour me mettre en jambe 2 très belles montées se présentent à moi. Il doit être autour de 10h et il fait déjà une chaleur assommante, surtout dans les ascensions. Il me faut presque 3h pour faire 30km et ce n’est pas fini. J’arrive en ville : Zurich le monstre. Je pense que c’est la première fois que je traverse une grande ville depuis le début. Celle-ci m’a marqué. Le bruit mêlé à la chaleur infernale, cette imbroglio de routes et de pistes cyclables qui apparaissent, disparaissent et s’entrecroisent. Fatigué du matin, je me sens perdu. Je suis un ahuri. Je roule dubitatif en regardant mes plans toutes les 5 minutes. À un feu, un gars sympa qui me pose quelques questions me redonne le sourire. Il me rappelle la chance que j’ai d’être libre. Alors j’attaque les cuisses déjà bien tendues une nouvelle côte dans Zurich.

J’arrive à Dubendorf, terrain connu puisqu’un mois auparavant je suis passé voir des copains de Cirque la Compagnie qui étaient en spectacle par ici. Ben je me suis perdu… Enfin, j’ai manqué la piste cyclable. Et comme dans la malchance on peut trouver de la lumière, je suis tombé sur Flo et Vera qui ont récemment ouvert un Food Truck et avec qui j’ai fait ma pause du midi !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Tout l’après-midi j’ai roulé, et même plus. Cette obsession de toujours vouloir aller plus loin, d’avancer un peu plus, de gagner du terrain. Je ne sais plus à quoi je pense par moment. Je suis en état de méditation. Mes pensées filent à la même vitesse que mon vélo. Je suis une bulle qui roule. Tout est rythmé par les sons qui m’entourent, ceux de la nature, ceux des voitures nombreuses par ici, ceux de mon vélo. Je deviens un professionnel des surfaces au sol. Selon les sons que produisent mes pneus, je peux reconnaître si le goudron est plus ou moins récent, plus ou moins absent… Les vibrations aussi font partis de moi, je fais corps avec la route. Et ce soleil qui m’écrase toujours autant.

Au bout de 90km, j’ai maintenant l’habituel (à cette distance) «j’en ai plein le cul».

Traduction : mon cuir fessier rougie d’avoir été frotté assidument contre ma selle toute une journée durant.

En plus, je suis brûlé. Il doit être 16h environ. Je m’arrête dans une ferme qui vend des fraises et plein d’autres fruits. Je mange un sandwich et les 3/4 d’une barquette de fraises, et je repars.

Je quitte la Suisse sans m’en rendre compte (tout comme quand j’y suis entré). Je l’aurais traversé en moins de 4 jours. Je suis maintenant en Autriche, j’arrive à Bregenz où je m’arrête «j’en ai bien assez fait pour aujourd’hui !» : 155km en 8h30.

Vendredi 23 juin, je rejoins Lindau en Allemagne pour prendre la départ de la dernière grande piste cyclable de mon parcours : Bodensee-Königsee-Radweg.

Je viens de quitter l’Autriche où j’ai été brièvement pour l’Allemagne que je vais traverser d’ouest en est en longeant les Alpes. Ça promet du dénivelé mais aussi et surtout des paysages incroyables.

Pour les dénivelés je suis servis. Cette première journée dans le sud de l’Allemagne me fait grimper de 400 à presque 900 en une trentaine de kilomètres. La plus belle côte traversée faisait 16%. Je suis bien accroché à mon guidon et je pédale tantôt assis, tantôt debout. Heureusement l’air est moins chaud, j’ai même le droit à quelques courants d’air frais ! Et parfois un vent de face en montée, sympa ! Là, je vis à fond le poids de mon vélo… Je ne démords pas et je continue l’ascension. Je passe les 1000 mètres et je redescends. Chaque nouveau col passé, chaque nouvelle vallée traversée me fait découvrir de nouveaux paysages hallucinants. C’est beau d’être seul confronté à cette immensité dont je rêvais depuis si longtemps. Mes cuisses sont en feu mais qu’est-ce que je suis bien là ! Parfois je me sens vraiment isolé du reste du monde, plus un bruit humain, juste la nature, mon vélo et moi. Je profite de la rareté de la chose puis j’arrive de nouveau dans un village.

Deux fois j’ai rencontré des déviations. La première, j’évalue la situation et je vois que je peux passer en portant un peu mon vélo.

La deuxième, impossible de passer alors je prends la déviation et je me retrouve dans un chemin de cailloux. Mais avec le dénivelé et le poids de mon vélo, ça ne passe pas, je dérape, ça ne veux pas monter. Je me retrouve à pousser mon vélo, quasiment parallèle à la montée. Les sacoches me gênant, je suis presque allongé au sol pour pousser. Après quelques dérapages, j’y arrive finalement mais je suis brulé et «j’en ai plein le cul» #90km !

Je me pose finalement dans un camping pour finir tranquillement cette journée. Malgré les ascensions, ce fut une journée excellente en comparaison des deux précédentes ! J’en ai pris plein la vue pendant ces 7h10 et 113km.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Samedi 24 juin, réveillé tôt camping oblige, tant mieux je partirais à la fraîche !

Comme je le disais dans l’introduction, aujourd’hui fut ma journée la plus rafraichissante, enfin ! Le temps était couvert, ce qui ne m’a pas empêché de profiter encore une fois des paysages magnifiques. En plus, j’ai eu beaucoup de descente aujourd’hui.

J’ai croisé deux lieux déjà visités lors de notre tournée à Munich : le château de Neuschwanstein et la montagne Zugspitze.

Je suis maintenant à Kochel am See après 103km de vélo en 6h05.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Je viens d’enchaîner 6 grosses et belles journées de vélo et il m’en reste un peu moins que ça pour finir mon voyage. Je prends maintenant 2 jours au bord d’un lac pour me reposer (et reposer mes fesses). Bonne nuit et à bientôt pour la fin du voyage..!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Publicités

Une réflexion sur “1346km de sueur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s